typhoïde

la guérison totale de la typhoïde passe par la médecine traditionnelle, la médecine traditionnelle a le vent en poupe , qui dit mieux?
Elle s’appelle Suzanne ma cousine, depuis prés de trois ans elle souffre de typhoïde , après plusieurs hospitalisations, elle n’a pas cachée sa déception de l’hôpital.
La maladie a certes cessé mais n’a pas guérie de tous les symptômes, beaucoup de langues se sont accordées pour dire que le meilleur résultat pour guérir complétement de la fièvre typhoïde résulterait de la médecine traditionnelle.
Pour couper court à cette thèse, Suzanne ne s’est pas faite prier pour aller vers les traitant traditionnels, pour s’y faire, ma cousine a choisi la méthode classique. Elle a fait une courte liste de probables traitants, est aller à la rencontre des voyants pour sonder les dieux afin qu’ils disent celui ou celle des traitants pouvant avoir le meilleur accompagnement et disposé par les grâces divines pour la guérir.
Sur le chemin de sa guérison , je me suis investi d’avec mon frère cadet qui est victime souvent des transes.Il était à l’aise car on agissait sur son terrain, dans son registre et cela le confortait de savoir qu’il n’est pas un futur fou mais un futur voyant traitant traditionnel.
Ma cousine dans sa courte liste avait choisi trois personnes qui correspondaient au nombre de brindilles de balai jetés sur le tatamis du voyant. Ce dernier observa chaque brindille en bredouillant des mots inaudibles voir même insensés pour nous. A la fin de ce spectacle effarant, il choisi une seule brindille et dit à ma cousine qu’elle devait se rendre chez celui la pour son traitement, avant ma cousine devait faire du « salaka » sacrifice, une petite fête pour les ancêtres et surtout pour les petits enfants.
Ma cousine égorgea une chèvre pour les dieux et prépara du riz , des bonbons , des gâteaux pour les enfants, elle supplia les ancêtres de l’intercéder devant le grand Allah pour qu’il l’accompagne dans son traitement et sa guérison.
Six mois après, je suis allé rendre visite à ma cousine, elle se portait comme un charme, ne jurant plus que par les bienfaits de la médecine traditionnelle.
Guérir de la fièvre typhoïde c’est passer par ta médecine traditionnelle, L’Afrique de demain ne se fera pas sans la coalition des docteurs et voyants traditionnels.Chaque fois que je prononce cette phrase en faveur du caste de ces derniers, mon petit frère qui est souvent gagné par les transes sourit et cela le galvanise pour son futur, son souhait a toujours été de devenir traitant traditionnel et c’est comme s’il a été écouté des dieux. Il n’attend plus que son heure et ça le fait un boom dans le cœur de savoir que sa famille ne le voit plus comme un fou et surtout qu’en faveur des grâces divines qui reçoit , qu’il ne devienne pas un escroc. Nous croyons en lui .
la dernière fois qu’il est entré en transe, il nous a fait savoir qu’il était en communication avec les dieux venus le présenter les vertus des plantes médicinales et les ingrédients de certaines décoctions. Il attend courageusement la dernière étape, celle ou il sera confié à un traitant déjà consacré et traitant.Avant il pourrait passer par une autre étape dure, la petite folie, ce n’est qu’a ce moment que naturellement celui ou celle qui doit l’imposer les mains et le bénir s’invite naturellement à lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *