CARTE POSTALE

Étiquettes
1 octobre 2014

CARTE POSTALE

Carte de postale Les souvenirs des nuits magiques restent une hantise. Alors où que tu sois, Reviens. Chaque avion qui survole notre espace aérien est une lueur d’espoir L’amorce de ton arrivée ainsi, Je dévisage chaque passager au bas de la passerelle Pour venir en ton encontre. Des nuits chaudes et torrides Je ne les ai connus nulle part ailleurs que dans tes bras. Ces instants de bonheur ininterrompu Se sont envolés et avec toi comme Beethoven, J’avais écrit ma plus grande symphonie d’Amour. Sans jamais avoir appris une note d’une guitare Ni le, do, ré mi, fa, so, la, si les accords les plus vulgaires. Je cours les mers et je scrute à l horizon, L’arrivée des bateaux l’espoir de ta venue. Dans chaque regard lorsque le bateau accoste, J’attends de voir le visage de cet amour. De même, Je cours les gares et devant le stationnement d’un train, D’un tram D’un métro Pêché à mon piédestal, Je dévisage chaque passager Espérant rencontre cet amour dont Les souvenirs de notre idylle sont inlassables et indéniables. Ah ! Ce Dieu Que l’on cherche sans jamais avoir vu le visage. Tu es cette carte postale dont l’effigie, Fruit de notre imagination vivifie et réchauffe notre cœur devant l’immensité Et la monstruosité du mal. Qui d’entre nous, Niera n’avoir jamais reçu une curieuse visite ? La présence de Dieu n’étant pas hors de notre essence. Et toi Seigneur Montre-toi N’est-il pas temps que tu sortes de ta cachette ? Je sens ta présence mais je veux te dévisager. Tu es ce Dieu dont nous vantons les mérites sans jamais l’avoir vu. S’il te plait où que tu sois, reviens de ta cachette. Dans les Eglise Dans les Synagogues, Dans les mosquées Et dans tous les lieux de culte, Nous attendons poster ton visage Ton vrai visage Sinon, tu demeures cette carte postale Dont l’effigie fruit de nos différentes imaginations Nous donne qu’à même les élans d’Espérer un monde meilleur à venir Au-delà de cette satisfaction Ceci laisse un gout d’inachevé pour cette fiancée Qui ne connaitra pas de sitôt le visage de son époux. Au-delà de son imagination abondante Elle peut tout caricaturer mais Cela ne ressemblera jamais à ce visage d’inconnu Dont elle n’a jamais vu mais Dont elle est follement amoureuse. Séduite par le bonheur interminable Promesse et gage de leur amour eternel, Elle demeure dans l’attente en espérant Qu’au soir des noces, elle découvre enfin le visage De son prince charmant, À la bouche sensuelle, Au regard ensorcelant Au jeu reins déroutant, D’ici la fin des temps dits démoniaques Il arrive l’époux au visage violé. Laissant l’exclusivité de la découverte A l’épouse qui a cru A l’épouse qui a eu foi A l’épouse qui a eu espoir De vivre un bonheur intarissable Auprès de ce visage inconnu. Et bientôt sur chaque carte postale, Ce ne sera plus l’image relevant D’un mythe. Ce ne sera plus l’image fantasmée de notre l’imagination Chacun caricatura son Visage Le visage réel et vrai du prince. Heureuse l’épouse, Elle a triomphé de sa patience Elle a triomphé de sa foi Elle a triomphé de son espérance. Au bras du prince, Elle gouvernera le monde à ses côtés. Le ciel nous est apparu Telle une lettre à la poste Chacun s’efforçant de mettre un visage sur les écrits. Acte de profanation. Il fallait juste croire à la magnificence de la beauté du trop saint. Heureuse dont l’épouse, Celle a cru sous doute Celle qui a accepté l’épouser même S’il était en dernier lieu, le prix Nobel de la laideur Elle a parié la pureté de son amour Sur la laideur qui fera du monde Un luxe Un charme inéluctable Une beauté inestimable Heureuse l’épouse Celle qui a finalement triomphé de ses doutes Et de ses craintes pour croire A cet illustre inconnu. Finalement elle a eu l’exclusivité De son visage Ce Dieu qui nous parait présent et lointain. Est dans tes bras Hume son parfum Exulte-toi de joie

Partagez

Commentaires

kaptueflorian
Répondre

c'est dans les décombres de l'humanité que le visage du Christ parait. Il est là telle une carte postale envoyée à cet inconnu dont je sens la présence sans toutefois avoir eu l'occasion de le dévisager.